05-02-2019
Belledonne
500
1450
1926
F
3h

Semaine décontracte pour moi car beaucoup de mes élèves sont en classe verte. Du coup, j'ai un peu de temps libre que j'ai déjà mis à profit hier à la Scia. Ce matin, au réveil, il me vient une idée. Comme je finis à 11h30 je pourrais mettre à profit ce temps libre pour... cuisiner, non...bricoler, non plus, aller faire un tour de repérage du coté du Grand Rocher en Belledonne.

un sommet réputé accessible même par condition délicate et que je ne connais pas.

Ni une, ni deux je prépare mes affaires, j'enfourche le vélo- boulot- vélo- dodo et à 14h je prends la route direction le col du Barioz.

A 16h, je suis au parking du foyer de fond. une journée calme et ensoleillée se termine.  les fondeurs finissent de ranger  le matos, le parking se vide pendant que je me prépare.

16h10, j'emprunte les pistes de fond sur 200 m puis je m'enfile dans la forêt. "tout est calme, les épicéas sont encore gavés de neige, mais  soudain non loin de moi, quelques branches s'agitent et se délestent de tout leur poids surperflu... méfiate 

le sentier évident monte jusqu'à une belle clairière déjà bien parcouru par les nombreuses traces de descente. Les pentes sont douces, un sourire intérieur monte en moi. je sens que je vais me régaler.

je dépasse le chalet P. Roubet, la vue se dégage, c'est magnifique grandiose et c'est pour moi TOUT SEUL !!!!

Enfin presque, puisque je vais quand même croiser 2 randonneurs et 2 raquetteurs.

Je suis au sommet pour guetter le coucher de soleil sur le Vercors. Il fait froid mais pas de vent, je suis seul,  le bonheur.

Ca y est, il s'est caché derrière le Pic St Michel ! il est temps pour moi de ranger les peaux.

Pour la descente, c'est l'embarras du choix. Certes la course est courte, 500m, mais elle se déroule sur une face peu inclinée, peu boisée, et truffée de pente et couloirs qui ne demandent qu'à être parcourus. On peut passer sa journée à monter descendre . j'ai repérer ma ligne et j'entame les hostilités.

C'est maintenant que les mots me manquent pour décrire la sensation que j'ai éprouvée hier soir.

Je vous laisse imaginer: Une poudre de cinéma facile à skier, un décor grandiose, des couleurs magiques de fin de journée.

Bref, cette descente, je ne suis pas prête de l'oublier. Retour à la frontale dans la forêt.

Vivement la prochaine nocturne..!