17-01-2021
Chartreuse
780
880
1660
F
4h30

Le trajet

Après une nuit de chute de neige qui a bien tenu dans la ville de Lyon, deux voitures sont parties à l’aube vers 6h30, avec des routes assez enneigées, mais correctes pour rouler grâce aux désaleuses au rendez-vous.

Le groupe

Nous nous retrouvons à 8h15 dans la ville de Saint-Pierre de Chartreuse, sur le parking en-dessous de notre loueur qui a sauvé la sortie de certains ! Nous retrouvons JC et Julien venus par leurs propres moyens. Nous sommes donc 5 initiés, un encadrant (JC) et un co-encadrant (François).

La préparation

JC est heureux d’apprendre que, pour cette sortie, nous serons 3 rando-skieurs à mettre pour la première fois les pieds sur des skis de rando ! Une petite leçon sur la manipulation et la pose des peaux s’impose. Puis brief général sur les conditions météo, le risque avalanche, l’appréciation du risque en 3 temps (quelques jours avant, en arrivant sur place puis en randonnant/skiant). Et bien sûr un rappel de la veille (formation Feyssine) sur l’utilisation des DVA. La notion du jour que l’on retiendra  : de nos jours, le risque avalanche se base principalement sur les statistiques ! Mention spéciale à Marie qui nous a apporté les croissants à grignoter pendant ce briefing ;).

Les conditions météo et avalanche

Les conditions météo sont mitigées, le ciel est bas et nuageux, il se remettra à neiger de tous petits flocons pendant la montée. Nous aurons une très légère percée de ciel bleu pendant quelques minutes. La limite du risque avalanche entre 3 et 4 se situe à 1700 m.

La course

Etant donné les conditions météo/avalanche et le niveau du groupe, nous visons d’atteindre le Chalet-refuge de la Scia.

Nous descendons la petite ville de Saint-Pierre à pied puis chaussons les skis en bas d’une petite pente à côté du magasin d’usine Redlight-Vertical. Après un double check des DVA, nous prenons les premiers conseils de JC et François sur les virages, la glisse des skis, la réalisation d’une trace, le rythme, tout en rejoignant la Chapelle du Rosair. De là, nous suivons pendant un certain temps un itinéraire balisé de randonnée qui traverse un magnifique sous-bois fraîchement enneigé, puis nous montons une piste en virage où certains s’essayent à l’ouverture d’une trace. Pendant les pauses, petits points sur le matériel, l’habillement multi-couches, le casque etc.

Nous reprenons un large chemin de randonnée pour faire une pause vers 12h et un exercice de recherche de DVA enterrés sous la neige. On retiendra que l’exercice était ambitieux (un peu plus d’une heure pour 5 personnes pour cet exercice), car 4 DVA dont 1 analogique avait été cachés, ce qui fait beaucoup lorsque les DVA du groupe (notamment de marque ARVA pour ne pas la citer) sont très peu réactifs. Il n’y a pas photo, les Baryvox recommandés par le club sont bien plus performants dans cet exercice. Le passage des nombreux randonneurs n’aide pas. On se demande si la ligne électrique juste au-dessus de nous ne ferait pas des interférences aussi. Autre point faible : le DVA analogique avait un faux contact, on a donc perdu son signal, et ce fut l’occasion de réaliser une opération de creusement de galerie à plusieurs, qui heureusement a été concluante !

Après cette opération qui nous a un peu réchauffé et un casse-croûte sur le pouce, nous reprenons la course, en rejoignant le télésiège de la Scia, et apprenons les conversions en arrivant sur les pentes les plus importantes. Une partie du groupe fatigue, pour différentes raisons (skis très lourds, resté longtemps dans le froid sans bouger, différents niveaux de rythmes…). Nous laisserons l’une de nous juste avant la fin de la montée sur un côté de la piste, et la rejoindrons très rapidement après passage des skis et chaussures en mode descente. De toute façon il n’y a pas lieu de traîner sous l’abri du refuge, la visibilité a baissé, le vent s’est levé, la chute de neige s’est intensifiée. Nous descendons en une petite demi-heure, en faisant des regroupements réguliers mais sans trop s’arrêter.

Arrivés vers 15h45, petit débrief orange/citron de la journée, tout le monde est heureux de cette initiation riche d’apprentissages. On rend le matériel et hop, les voitures se séparent. Pour les deux voitures lyonnaises, arrivée sur Lyon entre 18h30 et 19h, pour cause de ralentissements à la sortie de Saint-Pierre et détournement pour l’une des deux voitures. Merci encore à JC et François pour cette belle journée !!