20-02-2021
Belledonne
2300
1100
2800
F
8h00

En ce début de printemps précoce, nous choisissons le frigo de la combe du Gleyzin pour monter au frais direction col de Comberousse pour une boucle Belledonniène dont les détails seront improvisés selon les conditions. Vers 1500, nous constatons déjà que le bas du couloir du Pertuis, que nous aurions pu descendre en théorie pour boucler la journée, n’est plus qu’un champ de patate après récolte. Qu’à cela ne tienne, ce ne sont pas les possibilités qui manquent dans le secteur.

Nous sortons du frigo (qui nous aura maintenu à une température idéale pendant toute la première montée) au col de Comberousse dans une lumière magique. Nous constatons que la face NE de la pointe de Comberousse est quasi impraticable (grosse plaque parties sur toutes la largueur) tandis qu’il y a grosse affluence sur la Selle du Puy gris en face.

Nous tournons alors à gauche pour remonter en traversée la face SE du Charmet de l’Aiguille avec un petit passage expo sur la fin mais qui passe crème avec la transfo du jour sur les faces ensoleillées. Au sommet, un petit coup d’œil sur la face nord, cool, elle a l’air en super condition, go.

Le départ par le petit couloir de gauche est génial dans une grosse poudre sur les 20 premiers mètres un peu raides, puis la suite en poudre tassée avec un très bon grip jusqu’au replat à 2350 mètres.

Dans l’élan, nous remontons au Grand Morétan et sa face Sud même si l’heure tardive nous fait craindre le pire pour la descente. Et la miracle, le petit vent aura maintenant une transfo Saint Maclou à poils mi-longs parfaite, la descente directe est bien lisse, au top !

Puisqu’il faut bien rentrer, mais qu’est-ce qu’on est bien la haut aujourd’hui, nous rejoignons le col du Gleyzin pour une descente dans une très bonne neige transfo rive droite du Vallon, en faisant tirer complètement à droite sous les pentes du col du Morétan. Bon, un peu de croutasse quand même sous le refuge car le Vallon est repassé à l’hombre puis le border cross bien praticable presque jusqu’à la voiture.

Il y a des jours comme ça où tout s’enchaîne nickel, presque naturellement, avec des sommets, des cols, de bonnes pentes, de la poudre, de la poudre tassée, de la transfo nickel et même un peu de croute à la fin pour le fun et les cuisses !