22-02-2021
Belledonne
1500
1208
2716
F
5h30

Départ de Lyon à 6h20 pour gérer cette météo printanière en toute sécurité. Nous avons été prévenus : il nous faudra avaler les 1500 mètres de dénivelé avant 13h30 selon les manifestants et 13h selon la police, afin d'éviter de s'exposer à des coulées humides provenant des pentes raides avoisinantes en redescendant. Il faudra faire des pauses courtes et prendre le pique-nique en bas, vers les chalets du Tepey.

Nous démarrons à Valmaure sur les coups de 9h, d'abord sur un enneigement discontinu nécessitant quelques déchaussages et pirouettes, puis au sortir de la forêt dans un itinéraire de fond de vallée dégagé magnifique dès le début. Au fond, vue sur la roche boucherin que nous contournerons par le sud, et sur le pic de la grande valloire, qui surplombe le col du tepey notre objectif.
Nous approchons en pente très douce jusqu'à la Pierre Barme, au pied de roche boucherin, que nous devons contourner par le sud en grimpant au flanc puis sur la crête d'une grande moraine, vestige du glacier d'Arguilles.


Là, on commence à sentir les cuisses. Le soleil au rendez-vous nous met dans une ambiance printanière, un vent rafaleux vient nous rafraîchir et nous embêter. Marjolaine, étiquetée bavarde du groupe, continue d'avoir la pêche malgré la fatigue.
Il y a pas mal de monde dans cette vallée, à l'assaut de tous les cols. Mais nous sommes tranquilles sur notre trace, arrivés sans doute plus tard que les grenoblois et plus tôt que la plupart des lyonnais.


Très attentif, Pierre notre encadrant nous fait passer 1 à 1 dans les secteurs raides et fait la 2e moitié de l'itinéraire en fermant la marche pour encourager Fanny qui en bave.
Sur les derniers 150 mètres on en a tous plein les pattes, et on doit manœuvrer avec une trace instable dans une neige douce et destructurée, qui augmente la fatigue. Mais on y arrive tous et on a droit à un superbe panorama comprenant le mont blanc, le cervin, la grande casse, les aiguilles d'arves et paraîtrait il la meije...


Le temps de depeauter et de grignoter un peu, c'est parti pour la descente. D'abord dans une neige assez dure mais lisse, aussi facile à skier qu'une piste damée. Puis une neige mixte relativement peu tracée et très douce par endroits. J'y pers une rondelle de bâtons. Germain qui teste les limites de ses skis, se casse la figure assez régulièrement, pour le plus grand bonheur du groupe. François et Fanny profitent des pauses entre chaque pente pour s'allonger dans la neige. C'est bon mais c'est un peu physique le ventre vide...


On contourne la roche boucherin par le nord et une combe très agréable. Elle est impressionnante vue du dessus avec sa falaise en forme de croissant de lune qui se superpose à la vraie lune! Photo à l'appui!
Derrière la roche on retrouve le soleil et une neige bien lourde, mais skiable. On parvient à convaincre Pierre de pique niquer plus haut que prévu : les pentes alentours sont déjà bien purgées voire découvertes...


Le reste de la descente est étonnamment agréable au vu de l'altitude et de la transformation de la neige. C'est tout lisse mais ça accroche sans enfoncer, skiable comme en piste. Puis on retrouve les joies de nos traversées de ruisseau. Pierre parvient à faire la fin du parcours sans déchausser.
Une petite bière gentiment amenée par François et on reprend la route.


Très belle sortie ensoleillée super bien encadrée, avec un groupe très sympathique, un ski bien plus agréable que je ne l'imaginais dans ces conditions, et un paysage grandiose à la montée comme à la descente. Merci à toutes et tous!