28-09-2019
Vercors
F

Une rentrée en étant nouvelle c'est un peu comme un premier jour d'école (tout le monde se souvient de ces moments de solitude au début).. Heureusement les covoiturages s'organisent et me voilà en bonne compagnie pour le trajet. Nous arrivons en fin de soirée vendredi soir, le buffet est dévasté, la bataille a clairement déjà eu lieu ! Le temps de monter les tentes dans le noir, d'attraper une des quelques bières épargnées et ça rentre dans le dur de la discussion, grande voie par-ci, couenne par là, des sombres histoires de croissants (aka Valcroissant) et de clappements (aka le Claps)..
Je suis inscrite depuis 1 semaine et malgré mon autonomie en grimpe je... ne capte rien !
On m'introduit à la crème de la crème (apparemment hein.. No offense pour ceux que je n'ai pas rencontré le vendredi soir..), on m'affiche un peu et on finit, en plus, par squatter ma tente. Bref, j'ai peur.
Au petit dej, les discussions sont animées sur les programmes de chacun, enfin "discussions".. Plutôt aux tergiversations : j'ai rarement vu des changements d'avis autant de fois en si peu de temps !
Finalement on me propose de me joindre à un petit groupe de couenne, je rempli ma voiture au max (ecolo oblige) et on se retrouve avec une vingtaine de personnes à Valcroissant, un spot à une quinzaine de minutes du camping.
Après une marche d'approche difficile d'environ 15 mètres et une évolution en traversée d'environ 10 mètres à flan pour atteindre le démarrage des voies, je fais le deuil de pouvoir installer mon hamac.
Assez vite et naturellement chacun trouve un binôme et c'est parti !
On se chauffe, le spot des 5a est squatté par les débutants, certains enquillent directement sur de la grande voie, crème solaire de rigueur, la matinée se déroule dans une super ambiance.
Après une pause déjeuner décousue, dont certains n'ont pas pu vraiment profiter (pas d'temps à perdre, ta tarte tu l'emmènes sur la gv !) on se motive avec mes deux nouveaux compagnons pour aller Suivre le guide, une voie de 4 longueurs sur la crête qui finit sur un rappel de 50m. Un petit "refresh" des manip' au pied de la voie, qui révèle que nos techniques ne sont.. pas tout à fait les mêmes, et que notre expérience des grandes voies semble.. plutôt équivalente dans sa jeunesse ! Ça ne nous arrête pas, les bases de la gv et l'expérience en grimpe sont là, la confiance aussi.. on y va !
Pour l'anecdote : arrivés au 1er relai (ou 2em ? les longueurs de cette voie sont assez étranges), notre leader nous quitte et la cordée suivante arrive. Tout va bien jusqu'à ce qu'une 3eme cordée nous rejoigne. Enfin "3eme cordée" non justement, simplement un grimpeur qui a passé le relai de sa couenne. Jusque là pas de souci, hormis un détail, sa corde est trop courte pour redescendre. On est à 4 sur le relai, ça tergiverse sur la meilleure méthode pour le faire redescendre.. Cas d'école !
Après avoir changé d'avis 14 fois, on décide de l'assurer d'en haut.. (À ce moment-là on est passé à 5 au relai, rien de plus convivial..)
On continue, la voie est belle, les longueurs variées entre les 5c du début, la crête et la dalle de fin.. Et pour finir, on s'installe tous les trois dans le vide pour partir sur ces impressionnants 50m de rappel plein gaz ! Un retour entre maquis et pierrier, un peu de ménage sur la route et on revient au camping.
Il est près de 18h30, les courses sont déjà faites et les petites mains au travail. Une douche et c'est parti, "opération apéro et brochettes" des coupeurs.ses (et des re-coupeurs.ses), des piqueurs.ses, des blagueurs.ses et des buveurs.ses, tout y est. Tantôt à court de viande, tantôt à court de poivrons, finalement la mobilisation générale palie aux manques et c'est une belle cagette qui se dirige vers le barbeuc.
Discours de rigueur pour saluer cette belle organisation, photo de groupe (dans le noir), et le bal est lancé !
Deux belles tablées sous la tente, une bonne piperade à faire pâlir les papilles d'un dragon en chaleur, saucisses, merguez, brochettes tout y passe.. Un mystère plane sur l'existence, ou non, d'hamburger qui n'auraient pas survécus à la traversée barbecue -> tente.. Mais ce n'est qu'un collatéral. De l'apéro aux gâteaux exquis du dessert, la soirée est ponctuée de bières fraiches, vins et génépi : c'est l'évolution parfaite pour terminer autour de nouvelles tergiversations sur le programme du lendemain.. Pas de panique, rassurez-vous, toute décision prise ce soir sera évidemment remise en question au petit dej.
(Il semble qu'un groupe d'irréductibles ait prolongé la soirée autour de Trois Rivières.. Mais l'histoire n'en dira pas plus.)
Le lendemain, après avoir changé à nouveau d'avis maintes fois (claps, saillan, claps, saillan, claps, saillan), mes compagnons et moi nous dirigeons (à 2 voitures pour 4 personnes.. la Patchamama nous enverra donc en enfer.) vers le Claps pour la GV de 8 longueurs.
Après avoir suivi les "taches rouges" sur les rochers pour la marche d'approche (dont certaines se sont avérées être des champignons mais nous passerons sur ce détail), on part sur cette voie parfaite pour réviser ses manip' et s'entrainer à faire l'araignée, qui se termine par un retour à pied fastidieux (voir super relou)..
Pour nous ce sera ensuite pique-nique au bord d'une rivière, en compagnie d'un karaoké douteux proposé par le troquet d'à côté, et on part rejoindre le groupe à Saillan. Une bonne dizaine de gaulois.ses attablés.ées pour un dernier verre et debriefer avant de retourner dans nos pénates.
Bref, super week-end, et bien contente de faire partie de l'aventure gauloise !

ValcroissantLe ClapsSuivez le GuideLe Claps